Rendre la parole à ceux à qui on la vole

Aujourd’hui, grâce à la liberté d’expression, en France, tout le monde peut prendre la parole. En tout cas, c’est ce que dit la loi. Mais dans les faits ? Dans les faits, ceux qui sont le plus écoutés, et donc ceux qui osent le plus parler, ce sont les privilégiés (1). Ainsi, ceux à qui on donne le plus de crédit quand ils parlent, que ce soit dans les médias, dans le privé, ou sur internet, ce sont les hommes cis (2) bien-portants adultes blancs et hétéros.

Pouvoir parler sans être interrompu et en étant pris au sérieux est un acte de privilégié dont on a pas conscience parce qu’on y est habitué depuis l’enfance. Pour comprendre le pourquoi du comment, il faut tourner la tête et observer notre histoire. Comme exemple, je prendrai les trois plus grands systèmes d’oppression qui ont frappé et frappent encore notre pays : l’homophobie, le racisme et la misogynie. Toute notre histoire est entachée par ces trois formes d’intolérance.
Pour rappel, quelques dates :
– En France, la théorie de l’égalité ne commence qu’il y a deux siècles. En 1789 la déclaration des droits de l’homme proclame : « Tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux», mais il faudra attendre 1794 pour que l’esclavage soit aboli. Il sera cependant rétablit en 1802 par Napoléon et ce n’est qu’en 1842 qu’il sera de nouveau abrogé. Malgré la déclaration des droits de l’homme et l’abolition de l’esclavage plusieurs siècles plus tôt, les dirigeants français ne voteront une loi prévoiyant des condamnations pénales pour toutes les actions à caractère raciste qu’en 1972.
Pour aller plus loin : [x]
– En France, les femmes ont le droit d’ouvrir un compte bancaire personnel en 1942 et gagnent le droit de vote en 1944, c’est à dire il y a moins d’un siècle. La dépénalisation de l’IVG est adoptée définitivement en 1973 (il y a moins de 50 ans), ce n’est qu’en 1985 qu’hommes et femmes gèrent le patrimoine familial à égalité et c’est seulement en 1992 qu’une loi est mise en place pour protéger les femmes du harcèlement sexuel et des violences conjugales.
Pour aller plus loin : [x]
– En France, l’homosexualité est considérée comme un crime, puis comme en délit, jusqu’en 1968 où l’OMS défini l’homosexualité comme une maladie mentale. Ce n’est qu’en 1981 que la loi concernant « les outrages publics à la pudeur aggravés pour homosexualité » seront amnistiés et seulement le 17 Mai 1990 que l’homosexualité sera définitivement rayée des listes des maladies mentales. On ne commence à reconnaître la famille homoparentales qu’en 1999 avec le PACS, et ce n’est qu’en 2013 qu’un projet de loi visant à ouvrir le mariage et l’adoption aux LGBT (3) est proposé.
Pour aller plus loin : [x]

Au final, on observe un trait commun entre toutes ces dates : elles sont récentes. L’égalité des droits est quelque chose que les trois générations encore en vie ont vu naître. Or, en matière d’égalité, ce qui est le plus « facile » à changer, ce sont les lois. Les mentalités elles, mettent beaucoup plus de temps à suivre. Vous avez compris où je veux en venir n’est-ce pas ? Comment, alors que l’égalité des droits est si récente pour les trois catégories opprimées que je viens de citer, pourrions nous être, tous autant que nous sommes, parfaitement exempts de sexisme, de racisme et d’homophobie ? Notre culture est encore imprégnée de toute cette intolérance qui, il y a encore quelques siècles était jugée comme étant parfaitement normale. Et donc, fatalement, nous sommes aussi imprégnés de cette hiérarchisation hétéro > homo, homme > femme, blanc > non-blanc.
Il y a un siècle encore, écouter l’homme blanc hétéro et faire taire les « autres » était parfaitement normal. Le changement des lois est une chose, mais au nom de la loi, on ne peut pas forcer les citoyens à changer radicalement de point de vue et d’habitudes. Aujourd’hui, donc, être blanc, hétéro et ouvertement masculin confère une forme de charisme qui fait qu’on est toujours plus facilement écouté, et ce, parce que l’histoire de l’égalité n’est pas encore arrivée à son terme mais parce qu’elle est toujours en marche.

Toute cette -longue mais nécessaire- introduction pour en venir au sujet qui nous occupe : la parole. La parole est un pouvoir. Par la parole, on peut convaincre, on peut faire changer les choses, on peut interroger, remettre en question et même, faire changer les lois. La parole est un pouvoir, et ce pouvoir, c’est encore majoritairement l’homme cis blanc hétéro bien portant et aisé, qui le détient. Petit à petit, ça change, mais lentement. Aujourd’hui encore, nos lois, même celles qui concernent les non-blancs, les femmes et les homosexuels, sont faites par des hommes blancs hétéros. Ils ont la parole, ils ont un pouvoir, et ce pouvoir se traduit par des décisions qui sont prises à la place des premiers concernés. Et ça, c’est un problème.

Le vol de la parole est la première oppression que subissent les non-privilégiés.
C’est vrai, dire « vol » est un mot fort, mais je l’utilise sciemment ici pour bien faire comprendre le problème de la prise de parole inconsidérée. Parler à la place de quelqu’un qui vit une stigmatisation alors qu’on ne la vit pas personnellement, c’est du vol. Pour comprendre en quoi c’en est il faut avoir conscience qu’une personne stigmatisée est toujours moins écoutée qu’une personne qui ne l’est pas. En prenant la parole à sa place, vous l’empêchez de témoigner de son expérience en donnant votre avis qui ne sera jamais qu’une projection et qui sera toujours basé sur des à prioris parce que vous ne vivez pas le stigmate.
En tant que membre d’une classe privilégié, on peut apporter du soutien. C’est même souhaitable. Exprimer qu’on trouve anormal d’avoir un privilège, et tenter de l’abdiquer en faisant de son mieux pour ne pas en jouer est, selon moi, la meilleure des choses à faire en tant que membre de la « classe dominante ». Mais en aucun cas on doit parler en leur nom. Parce que parler au nom de quelqu’un sans avoir parlé avec lui au préalable pour le comprendre est impossible. Il y a toujours un risque pour que les réflexes culturels de privilégié acquis prennent le dessus à un moment donné.
Pourtant, aujourd’hui, dans les médias, voir des privilégiés parler aux noms de stigmatisés est monnaie courante. Sur les plateaux de télé, on voit sans cesse des hommes blancs en costard discuter du droit des homosexuels, du droit des putes, du droit des toxicos, du droit des immigrés etc. Personne ne s’offusque du fait, par exemple, que concernant les lois du racolage remises en cause aujourd’hui par le gouvernement, aucune pute n’ai eu son mot à dire. La prostitution concerne majoritairement des femmes, souvent étrangères, mais c’est une majorité d’hommes bien français qui prennent des décisions. Et c’est comme ça pour des tas de sujets. En laissant la parole aux groupes privilégiés, on laisse les idées reçues en place sans donner l’occasion aux opprimés de les briser. C’est aux opprimés de parler de ce qu’ils vivent, et c’est seulement comme ça que les choses pourront changer.

Le vol de la parole est une violence.
Le vol de la parole est donc un système d’oppression qui, à force peut vite se transformer en violence. Une oppression, quelle qu’elle soit, génère de la souffrance. Et le fait de ne pas pouvoir en parler soi-même et de voir des gens décider à sa place de ce qu’on a le droit de ressentir ou non et quelles réactions sont autorisées ou non est une agression supplémentaire. Pourtant, la majeure partie des gens s’en accommodent voire trouvent ça parfaitement normal. Pourquoi ?
C’est quelque chose que j’ai du mal à m’expliquer. Je ne trouve pas réellement de raisons, sinon une éducation sociétale et globale. Une sorte de culte de l’égo qui dirait que toutes les opinions se valent sur tous les sujets. Le piège, c’est qu’il faut avoir vécu cette violence qu’est le vol de la parole pour comprendre en quoi c’est une agression. Et pour ça, il faut avoir vécu une oppression. Autrement dit, ceux qui n’ont jamais vécu d’oppressions ne peuvent pas comprendre cette souffrance puisqu’ils ne l’ont pas vécu (à la rigueur, ils peuvent l’imaginer, mais ça demande un effort de remise en question). Or ceux qui ne vivent pas les oppressions sont souvent ceux qui sont au pouvoir. Et ainsi, ils sont en droit de penser de manière qu’ils pensent parfaitement légitime que les opprimés exagèrent et de continuer de décider à leur place de ce qui est bon pour eux sans trop s’inquiéter. La boucle est bouclée.

Laisser la paroles aux opprimés dans les médias.
Laisser la parole aux oppressés dans les médias est une chose cruciale aujourd’hui. Tant que les minorités opprimées ne seront pas écoutées, les clichés iront toujours bon train, et les décisions par des personnes illégitimes continueront d’être prises sans que ça ne choque personne. Il y a une rééducation sociétale entière à faire de ce point de vu là.
Pour étayer mon propos, je vais prendre un exemple concret : le mois dernier, Morgane Merteuil, prostituée et membre représentant du STRASS (4) a été invitée sur Grand Soir 3 (début du débat à la 21ème minute) pour débattre d’un projet de loi fort actuel, la loi au sujet du racolage. Je n’ai regardé qu’un tout petit bout de l’émission, mais durant la petite partie que j’ai vu, une chose m’a sauté aux yeux : Morgane est la seule prostituée et pire, la seule femme à parler du problème. Toutes les autres personnes sont des hommes, et certains d’entre eux vont jusqu’à sous-entendre que c’est elle qui n’est pas légitime à parler du problème (alors qu’il s’agit quand même de son métier et d’un problème qui concerne les femmes en premier lieu). Pire : non seulement c’est la seule femme, mais en plus, elle est beaucoup moins écoutée que ses collègues masculins. On lui coupe sans cesse la parole et ses propos son balayés d’un revers de la main, comme s’ils n’étaient pas dignes d’être entendus ou pas importants.
Alors je pose la question : pourquoi est-ce qu’on ne voit jamais de débats télévisés au sujet de la prostitution (pour rester dans l’exemple) avec seulement des prostituées ? Je veux dire, les prostituées ont déjà assez de désaccord entre elles pour qu’il y ai un débat, quel besoin a-t-on d’écouter des personnes qui ne sont pas du tout concernées par le problème (sinon, éventuellement, en tant que clients) ? Ne sont elles pas les mieux placées pour décrire la réalité de leur métier, ce qu’elles pensent être le mieux en matière de législation, quels sont les enjeux etc ?
L’exemple ici est criant de ce que je pointais du doigt plus haut : on ne laisse pas les minorités parler (ou si peu, pour se donner bonne conscience et donner l’impression que démocratie il y a), du coup, on continue de véhiculer des clichés, ce qui permet de garder une bonne emprise et de prendre des décisions à la place des premiers concernés. Tant que les médias ne donneront pas la parole à ceux qu’on tente de faire taire pour mieux les contrôler, ils continueront de faire le jeu des oppresseurs.

Laisser la parole aux opprimés dans le privé.
Laisser la parole aux opprimés dans le privé, c’est apprendre à être à l’écoute et mettre de côté son égo. C’est accepter de partir du principe que ce qu’on vit n’est pas la réalité et que celle de l’Autre peut être radicalement différente. Oui, je sais, dit comme ça, ça paraît simple et obvious, mais je peux vous assurer que les personnes qui partent du principe que s’ils/elles ne le voient pas, ça n’existe pas (l’homophobie, le racisme, le sexisme) sont malheureusement très nombreux/ses.
Ici, je vais prendre comme exemple ce que je connais bien : l’oppression des femmes. En tant que femme, quand je parle du harcèlement de rue, par exemple, on me dira très souvent que j’exagère. Tant qu’on ne fourni pas des preuves tangibles et criantes qu’on vit une oppression, la plupart des hommes considéreront d’office qu’on abuse. « Tu exagères », « t’es trop susceptible », « fais pas attention ce sont des cons, c’est tout », sont autant de moyens de renvoyer l’opprimé à sa place : dans le silence. Par ces négations et ces minimisation le message est clair : « je ne veux pas t’entendre te plaindre ». Venant de proches, ça peut être extrêmement brutal.
L’homme, le blanc, l’hétéro a dit que ce n’était pas grave, donc ça n’est pas grave. Ce qu’on ressent est nié : ce qui est important c’est l’avis de l’oppresseur. Il ne le voit pas, il ne le vit pas, donc ça n’existe pas, c’est forcément l’autre qui en fait des caisses. Le problème c’est que c’est vrai pour tout. A tel point que les hommes (pour en revenir à l’exemple donné) se permettent même de donner leur avis sur des choses graves, comme le viol (qui n’a pas entendu le fameux « oh, t’as vu comme elle se sape ? Elle l’a bien cherché » ?) ou les violences conjugales. Dans le privé, entre amis, dans la famille, les privilégiés passent trop de temps à définir entre eux de ce que les opprimés ont le droit de ressentir ou non.

En conclusion
En tant que privilégié/e, renier son privilège c’est commencer par arrêter de donner son avis sur ce qui ne nous frappe pas, permettre aux premiers concernés de parler de leur vécu et en plus, les écouter et en tirer enseignement. Ça demande beaucoup d’humilité et de remise en question, mais c’est possible et nécessaire. Parce que tant que vous ne ferez pas ça, vous continuerez d’user de votre privilège et de perpétuer les systèmes oppressifs.

(1) Le privilège dans la lutte pour l’égalité, quelle qu’elle soit, est le fait de naître du bon côté de la « barrière ». Pour comprendre le principe, quelques articles : [x] [x] [x]
(2) « Cis » désigne, en fait, les non-transexuels (pour faire simple). Cet article donne davantage d’informations : [x]
(3) LGBT, acronyme de Lesbian Gay Bi Trans.
(4) STRASS : Syndicat du Travail Sexuel.

Pour aller plus loin :
C’est pas si grave : [x]

Égalitariste